Nous joindre

Passionnés! Voilà le mot qui décrit le mieux notre équipe. Travaillant à faire de votre visite un passage inoubliable, ils placent le visiteur au cœur de leurs préoccupations.

En savoir plus...

Répertoire des régions acadiennes du Québec

Augustin-Norbert Morin

Personnalités

La Durantaye - Chaudière-Appalaches

Augustin-Norbert Morin est une personnalité éminente de l’histoire québécoise. Il est avocat, journaliste, politicien engagé, député durant une grande partie de sa vie, défenseur de la langue française, juge et ardent patriote.

Ses ancêtres Acadiens sont Pierre Morin dit Boucher et Marie Martin résidents de Port-Royal et ensuite de Beaubassin. En 1686, la famille Morin est apparentée à environ un tiers de la population de Beaubassin. C’est une famille à l’aise et considérée par tous. En 1688, suite à un scandale impliquant un de ses membres, la famille Morin voit ses biens confisqués sans aucune forme de procès et elle est bannie de l’Acadie. Après avoir séjourné quelque temps dans la Baie-des-Chaleurs, à Mont-Louis et à Québec, la famille s’établit dans la région de Bellechasse.

Fils aîné d’Augustin Morin, cultivateur, et de Marianne Cottin dit Dugal, Augustin-Norbert nait le 13 octobre 1803 à La Durantaye (autrefois paroisse de Saint-Michel-de-Bellechasse), Québec. Il épouse, le 28 février 1843, Adèle Raymond, fille de Joseph Raymond, marchand, et de Louise Cartier.

Augustin-Norbert Morin entre au séminaire de Québec en 1815 où il se distingue par ses grands succès scolaires. En 1823, il se rend à Montréal pour étudier le droit et obtient son brevet en 1828.

En 1826, il fonde le journal La Minerve. Après l’achat du journal par Ludger Duvernay, il continue d’y collaborer pendant de nombreuses années sur des sujets variés tels que la politique, la justice, l’agriculture, l’éducation, etc.

Le 26 octobre 1830, il est élu député de Bellechasse à l’âge de 27 ans et fait une entrée remarquée au Parlement. Sa carrière politique dure 25 ans.

En 1834, il rédige les 92 résolutions comprenant les griefs et les revendications identitaires du Bas-Canada (Québec). Il va rejoindre Denis-Benjamin Viger, agent de la Chambre d'Assemblée du Bas-Canada à Londres, pour présenter les pétitions de la province au Parlement du Royaume-Uni.

En 1837, il participe activement à la rébellion des Patriotes (1837-1838). Arrêté le 15 novembre 1837, il est libéré sous caution 3 jours plus tard. En octobre 1839, il est incarcéré à nouveau pendant une semaine.

Le 15 octobre 1842, il est nommé commissaire des Terres de la couronne et exerce son influence à réformer l’agriculture. Il achète les premières terres concédées dans le canton Abercrombie (Laurentides) où il construit maison, moulins à scie et meunerie, contribuant ainsi à développer la région. Il est un des grands responsables de la véritable première entreprise de colonisation dans les Pays-d’en-haut et le fondateur de Sainte-Adèle (nom donné en hommage à son épouse), Morin-Heights et Val-Morin.

Véritable partisan de l’instruction scolaire accessible à tous, il rédige en 1845 la loi instituant les commissions scolaires autonomes relevant directement du surintendant de l’Instruction publique. Ce moment charnière dans le domaine de l’éducation est le véritable fondement du système scolaire québécois traditionnel. À partir de ces années, la scolarisation et l’alphabétisation augmentent sans cesse.

Membre de la première heure de l’Association Saint-Jean-Baptiste, fondée par son ami Ludger Duvernay, il en devient son quatrième président en 1846.

Successivement député de Bellechasse, de Nicolet, de Saguenay, de Terrebonne et de Chicoutimi-Tadoussac, il préside l'Assemblée législative de 1848 à 1851 et en révise le code des procédures. Il est premier ministre « conjoint » du Canada-Uni (avec sir Francis Hincks puis avec sir Allan MacNab) de 1851 à 1855, année où il se retire pour accepter un poste de juge.

Il contribue à la fondation de l'Université Laval en 1852 et devient le premier doyen de la faculté de droit. En février 2013, la faculté de droit de l’Université Laval annonce la création de la bourse d’excellence Augustin-Norbert Morin qui vise à recruter les meilleurs étudiants au doctorat en droit. La bourse est offerte à un étudiant à raison de 15 000 $ par année, et ce, pour trois ans.

En 1854, il réussit à faire abolir le régime seigneurial qui ne répond plus aux besoins grandissants de la société québécoise.

En janvier 1855, il quitte la politique et est nommé juge de la Cour supérieure. En 1859, il fait partie de la commission de codification du premier Code civil du Bas-Canada. Il devient le rédacteur du nouveau Code civil qui entre en vigueur le 1er août 1866.

Véritable homme-orchestre approfondissant tous les sujets étudiés et prévoyant les conséquences à brève et longue échéance des mesures législatives, « Augustin-Norbert Morin, à n’en pas douter, est une grande figure du XIXe siècle canadien. Patriote fervent, il était d’une intégrité proverbiale que nul adversaire n’a d’ailleurs contestée. » [Jean-Marc Paradis]

Il décède à Sainte-Adèle le 27 juillet 1865 et est inhumé dans l'église Notre-Dame-du-Rosaire, à Saint-Hyacinthe, le 30 juillet 1865.

Des plaques commémoratives à La Durantaye, Québec, Ste-Adèle et St-Hyacinthe rappellent l’importante contribution d’Augustin-Norbert Morin à la société québécoise.

D’ailleurs on retrouve son nom dans la toponymie de plusieurs lieux du Québec :

  • Région des Laurentides : municipalités de Ste-Adèle, Val-Morin et Morin Heights; le Canton Morin; la paroisse Saint-Norbert de Val-Morin; l’école secondaire Augustin-Norbert Morin à Ste-Adèle; le boulevard Norbert-Morin à Ste-Agathe-des-Monts.
  • Région de la Montérégie : le Parc Augustin-Norbert Morin et la rue Morin à St-Hyacinthe.
  • Région Chaudières-Appalaches : la Route Norbert-Morin à La Durantaye, le Hameau Morin à St-Raphaël.
  • Région de l’Estrie : la rue du Juge Morin à Sherbrooke.
Texte rédigé ou colligé par Jacques Gaudet et le Musée acadien du Québec

Source

PARADIS, Jean-Marc, Morin Augustin-Norbert. Bibliothèque et Archives Canada. Dictionnaire biographique du Canada : www.biographi.ca
PARADIS, Jean-Marc,  Augustin-Norbert Morin, 1803-1865,  éd. du Septentrion, Québec, 2005, 312 pages
Assemblée nationale du Québec. Histoire: Dictionnaire des parlementaires du Québec de 1792 à nos jours : www.assnat.qc.ca/
Société historique de Bellechasse. Bulletin Au fil des ans, vol 12 no 3, été 2000
Site internet Les Patriotes de 1837@1838: www.1837.qc.ca
Municipalité de Sainte-Adèle : www.ville.sainte-adele.qc.ca/page-histoire.php
Actes d’état civil et registres d’église du Québec (Collection Drouin numérisée)
Dictionnaire généalogique des familles acadiennes, Centre d'études acadiennes, Université de Moncton, 1999, pages 1220-1224


ascendance patrilinéaire
Augustin-Norbert Morin Crédit photo: Archives nationales du Québec HS85-10-16599
Plaque commémorative dans l'église de Sainte-Adèle. Crédit-photo : Carmelle Huppé, Société d'histoire et de généalogie des Pays-d'en-Haut
Plaque commémorative dans l'église de Sainte-Hyacinthe. Crédit-photo : Jeannine Spronken, Fabrique Notre-Dame-du-Rosaire

Lien acadien de la ville de La Durantaye

Retour