Nous joindre

Passionnés! Voilà le mot qui décrit le mieux notre équipe. Travaillant à faire de votre visite un passage inoubliable, ils placent le visiteur au cœur de leurs préoccupations.

En savoir plus...

Répertoire des régions acadiennes du Québec

Église de Saint-Joseph

Lieux d’intérêts

764, boulevard Perron
Carleton-sur-mer - Gaspésie

C’est dans la communauté acadienne de Carleton-sur-Mer que s’élève la plus ancienne église catholique toujours existante en Gaspésie. Une première chapelle est érigée en 1772 pour desservir la communauté. Un deuxième lieu de culte, cette fois une véritable église, la remplace en 1798. Vers 1847, en raison du délabrement de celle-ci et de la population toujours croissante, un lieu plus spacieux s’impose. C’est dans ce contexte que l’église actuelle est érigée entre 1850 et 1854 par le charpentier Pierre Côte, avec le concours de plusieurs citoyens de la localité. À ce moment, elle est entièrement faite de bois et recouverte de bardeaux. En 1917, de grands travaux extérieurs sont entrepris : le clocher est enlevé pour faire place à un prolongement de la façade, formant une tour surmontée d’un nouveau clocher. L’église est alors recouverte de briques.
 
Ce lieu de culte, d’influence corinthienne en raison de ses nombreux ornements, s’impose par sa valeur patrimoniale et ses nombreuses oeuvres d’art majeures. En effet, les tableaux de la voûte et du choeur sont une conception de l’artiste Charles Huot, le même qui a réalisé la décoration du Parlement de Québec. D’autres sont réalisés par Antoine Plamondon, peintre québécois important.

L’église de Saint-Joseph est citée immeuble patrimonial en 2006 par le ministère de la Culture et des Communications du Québec.

Texte rédigé ou colligé par Musée acadien du Québec

Lien acadien de la ville de Carleton-sur-mer

C'est au cours de la seconde moitié du XVIIIe siècle qu’un véritable peuplement permanent s’établit à Tracadièche. En fait, le peuplement de notre localité dérive de la Déportation acadienne de 1755.

Vers 1760, la majorité des Acadiens qui rejoignent le côté nord de la baie des Chaleurs adoptent Bonaventure comme lieu d'exil. Quelques années plus tard, en 1766, c’est au tour de Tracadièche d'être témoin de l’arrivée de plusieurs familles acadiennes en provenance principalement de Bonaventure, de l’île Saint-Jean (I.-P.-E.), de Beaubassin et de Nepisiguit (N.-B.) ayant Charles Dugas à leur tête. Au recensement de 1777, on trouve les noms de famille suivants : Alain, Allard, Arsenault, Barriault, Bernard, Berthelot, Boudreau, Bourg, Bujold, Comeau, Dugas, Landry, LeBlanc, Poirier et bien d'autres. De 1766 à 1780, la population de Tracadièche se compose essentiellement de familles d'origine acadienne.

C'est à cette époque, soit vers 1790, que Tracadièche devient Carleton, en référence au militaire et gouverneur de Québec, Guy Carleton. Aujourd'hui, les Gaspésiens de la Baie-des-Chaleurs d'origine acadienne forment près de 70 % de la population. Leur apport n'est pas à négliger puisque leur mode de vie, leur mentalité, leur caractère et leur langue ont contribué et contribuent toujours à façonner le portrait de cette partie de la péninsule gaspésienne.


Texte rédigé ou colligé par Pascal Alain, historien

Retour