Nous joindre

Passionnés! Voilà le mot qui décrit le mieux notre équipe. Travaillant à faire de votre visite un passage inoubliable, ils placent le visiteur au cœur de leurs préoccupations.

En savoir plus...

Répertoire des régions acadiennes du Québec

Espoirs enracinés

Lieux d’intérêts

Parc des cultures, derrière l'église
Saint-Jacques - Lanaudière

Artiste: Denis Deleclerc 

L'oeuvre prend sa source dans les origines et la grandeur de l'Acadie, avec l'arrivée des grands voiliers qui ont contribué à peupler l'Amérique par l'apport de colons français. Deux voiles en aluminum, l'une de dix pieds, l'autre de huit pied, semblent bombées parle souffle du vent. L'époque tragique pour le peuple acadien de leur déportation est représentée par les racines d'arbres installées à l'envers, ces dernières évoquent le symbole du déracinement. Le drapeau acadien est déployé fièrement en haut de la plus grande voile et donne l'impression de flotter, démontrant la renaissance des valeurs de l'Acadie et commémore l'apport de son peuple à l'histoire de l'Amérique.  

Texte rédigé ou colligé par la Municipalité de Saint-Jacques

Source
Crédit photo : Isabelle Marsolais. 

Lien acadien de la ville de Saint-Jacques
Suite à la déportation des Acadiens par les Anglais en 1755, les exilés se retrouvent aux États-Unis dans le Connecticut et le Massachusetts (aux environs de Boston). Ils remontent au Portage (L’Assomption) et sont accueillis par les Sulpiciens qui leur cèdent les terres de Saint-Jacques-de-la-Nouvelle-Acadie comprenant la Nouvelle-Acadie actuelle, Rawdon, une partie de Sainte-Julienne, de L’Épiphanie et de Crabtree. Les premières terres concédées sont celles du Ruisseau-Saint-Georges à Saint-Jacques en 1766 suivies de celles du Bas-du-Ruisseau-Vacher (Sainte-Marie-Salomé) l’année suivante.
Source:
Philippe Jetté, « Les surnoms en Nouvelle-Acadie », Rabaska : revue d'ethnologie de l'Amérique française, vol. 9, 2011, p.70.

Texte rédigé ou colligé par Philippe Jetté

Retour