Nous joindre

Passionnés! Voilà le mot qui décrit le mieux notre équipe. Travaillant à faire de votre visite un passage inoubliable, ils placent le visiteur au cœur de leurs préoccupations.

En savoir plus...

Répertoire des régions acadiennes du Québec

Évangéline

Lieux d’intérêts

Parc des cultures, derrière l'église
Saint-Jacques - Lanaudière

Artiste : Dominico Di Guglielmo

Cette sculpture est inspirée de l’héroïne fictive Évangéline du poème
épique de l’américain Henry Wadsworth Longfellow écrit en 1847 qui
raconte la triste déportation du peuple Acadien. Durant la déportation,
Évangéline Bellefontaine de Grand-Pré est séparée de son amoureux,
Gabriel Lajeunesse, le jour même de leur mariage. Subséquemment, elle consacre le restant de sa vie à la recherche de Gabriel. Elle le retrouve par hasard, plusieurs années plus tard, sur son lit de mort dans un hospice où elle soigne les malades. Gabriel meurt peu après dans ses bras. Cette sculpture rend hommage à la force, le courage et la foi du peuple Acadien à travers l’héroïne «Évangéline».


 

Texte rédigé ou colligé par la Municipalité de Saint-Jacques

Source
Crédit photo: Isabelle Marsolais. 

Lien acadien de la ville de Saint-Jacques
Suite à la déportation des Acadiens par les Anglais en 1755, les exilés se retrouvent aux États-Unis dans le Connecticut et le Massachusetts (aux environs de Boston). Ils remontent au Portage (L’Assomption) et sont accueillis par les Sulpiciens qui leur cèdent les terres de Saint-Jacques-de-la-Nouvelle-Acadie comprenant la Nouvelle-Acadie actuelle, Rawdon, une partie de Sainte-Julienne, de L’Épiphanie et de Crabtree. Les premières terres concédées sont celles du Ruisseau-Saint-Georges à Saint-Jacques en 1766 suivies de celles du Bas-du-Ruisseau-Vacher (Sainte-Marie-Salomé) l’année suivante.
Source:
Philippe Jetté, « Les surnoms en Nouvelle-Acadie », Rabaska : revue d'ethnologie de l'Amérique française, vol. 9, 2011, p.70.

Texte rédigé ou colligé par Philippe Jetté

Retour