Nous joindre

Passionnés! Voilà le mot qui décrit le mieux notre équipe. Travaillant à faire de votre visite un passage inoubliable, ils placent le visiteur au cœur de leurs préoccupations.

En savoir plus...

Répertoire des régions acadiennes du Québec

Hommage aux pionniers acadiens

Lieux d’intérêts

150, rue Principale
Saint-Gervais - Chaudière-Appalaches

Située dans le parc historique de la Promenade-des-Soeurs, une fontaine est aménagée pour rendre hommage aux pionniers acadiens qui s’installent sur ce territoire, d’abord en 1756, puis en 1766 par l’arrivée d’autres familles de déportés.

De plus, six panneaux d’interprétation expliquent l’histoire de la municipalité. L’un d’entre eux, installé près du monument du bicentenaire de la paroisse, relate l’arrivée et l’établissement des Acadiens.

Texte rédigé ou colligé par Jacques Gaudet et le Musée acadien du Québec

Source
Municipalité de St-Gervais : www.saint-gervais.ca
Société historique de Bellechasse : www.shbellechasse.com


 
Fontaine
Panneau d'interprétation
Monument commémoratif du bi-centenaire
Armoiries de St-Gervais

Lien acadien de la ville de Saint-Gervais

La plupart des premiers Acadiens de St-Gervais sont des réfugiés de l’Île-Saint-Jean (aujourd’hui Île-du-Prince-Édouard). En 1756, le Sieur Michel-Jean Péan, seigneur de Livaudière, concède des terres à sept familles de réfugiés acadiens, puis à treize autres familles, dont quelques Acadiens d’origine allemande. Ce sont les deux premières concessions de St-Gervais : la Première et la Deuxième Cadie (1er rang et 2e rang).

Au début, ce lieu s’appelle la « Nouvelle-Cadie ». On retrouve cette appellation dans les contrats notariés de l’époque jusqu’à l’ouverture de la paroisse Saints-Gervais-et-Protais en 1780. Cette dernière, érigée canoniquement en 1832 et civilement en 1835, est à l'origine de Saint-Gervais, fondée par des Acadiens. 

Jusqu’à soixante-dix familles acadiennes comprenant plus de 500 personnes y sont recensées dans les premiers 25 ans d’existence de cette paroisse : Arsenault, Barriau, Babineau, Boudrot, Cyr, Comeau, Doiron, Gauterot, Hébert, Landry, Poirier, Savoie, Trahan, Vincent...

Le seigneur de Livaudière, est accusé d’exploiter ses censitaires acadiens. Les conditions de vie sont difficiles pour eux. Après la prise de Québec par les Anglais, en 1759, les Acadiens de St-Gervais sont laissés à eux-mêmes et les effets de la guerre sont pénibles dans la région de Bellechasse. Nombreux sont les Acadiens qui quittent St-Gervais pour aller s’établir à d’autres endroits où ils peuvent mieux s’occuper de l’avenir de leurs enfants.

Néanmoins, un bon nombre d’Acadiens demeurent sur leurs terres et contribuent au développement de la municipalité qui devient florissante et une des plus belles de la région.

Cette municipalité est considérée historiquement comme la paroisse mère de six paroisses de colonisation au sud de son territoire. Les migrations successives font en sorte que nous retrouvons aujourd'hui des descendants de souche gervaisienne jusqu'aux lignes américaines.

Un Acadien de St-Gervais, Antonio Arsenault (1903-1977), est un curé de campagne respecté. Il laisse sa marque à Saint-Sévérin de Beauce, où il séjourne de 1962 à 1984. Deux films lui sont consacrés : Journée d’un curé de campagne, du réalisateur François Brault, de l'Office national du film du Canada, et Héritage de gloire de Benoît Lachance. Le livre de Louise Chamberlan, Antonio Arsenault (1903-1977). Un curé original décrit bien ce personnage.

Aujourd’hui, plusieurs familles issues des pionniers acadiens résident toujours à St-Gervais. Nous y trouvons encore des noms acadiens : Arsenault, Cyr, Comeau, Doiron, Hébert, Poirier, Trahan.

Le souvenir des pionniers acadiens de St-Gervais se perpétue de différentes façons :

  • Le drapeau acadien bleu, blanc, rouge, marqué d’une étoile jaune trône dans la partie supérieure des armoiries, dévoilées le 26 juillet 1980. Il symbolise le peuple acadien, cofondateur de la municipalité
  • Les 1er et 2e rangs sont reconnus comme « La Première Cadie » et « La Deuxième Cadie » 
  • L’école primaire porte le nom « École de la Nouvelle-Cadie », et la bibliothèque municipale « Bibliothèque Faubourg de la Cadie »
  • Le panneau d’interprétation, du parc historique, qui raconte l’implantation des Acadiens
  • La chapelle de procession, située à l’intersection du 1er rang et de la rue Principale, est classée immeuble patrimonial. Construite vers 1817, selon un modèle qui rappelle celui de l'église de Grand-Pré, en Nouvelle-Écosse, elle est restaurée en 2003 et transformée en centre d’art où des artistes locaux peuvent y exposer leurs œuvres.

Texte rédigé ou colligé par Jacques Gaudet

Source
Pierre-Maurice Hébert, Les Acadiens du Québec, Éditions de L’Écho, Montréal, 1994
Bona Arsenault, Histoire des Acadiens, édition avec une mise à jour de Pascal Alain, Éditions Fides, 2004
Louise Chamberland, Antonio Arsenault (1903-1977) Un curé original, Éditions L’Ardoise, Québec, 2002
Municipalité de St-Gervais : www.saint-gervais.ca
Société historique de Bellechasse : www.shbellechasse.com/photographies.html






 

Retour