Nous joindre

Passionnés! Voilà le mot qui décrit le mieux notre équipe. Travaillant à faire de votre visite un passage inoubliable, ils placent le visiteur au cœur de leurs préoccupations.

En savoir plus...

Répertoire des régions acadiennes du Québec

Le groupe Belzébuth

Personnalités

2395 Ruisseau Saint-Georges Sud, J0K 2R0
Saint-Jacques - Lanaudière

www.bzb.qc.ca

Belzébuth, c’est une expérience musicale dynamique et festive, une bougie d’allumage qui propulse les foules au rythme d’une musique traditionnelle québécoise fougueuse et renouvelée qui s’écoute bien à l’année. Lanaudois des pieds à la bouche, les six musiciens du groupe proposent un répertoire débordant de chansons folkloriques revisitées avec brio, ponctué de vieux airs remis à neuf et de compositions originales, le tout livré avec passion, complicité et entrain.

Le plaisir au bout de la note, Belzébuth vous fera festoyer avec l’énergie décuplée du violon, de l’accordéon, de la mandoline, de la guitare, de la basse, des percussions et plus encore! Depuis 2002, le groupe propage musique et joie de vivre sur les scènes du Québec, mais aussi du reste du Canada, de la France, de la Suisse, de la Belgique et même de l’Azerbaïdjan! Laissez-vous séduire par cette formation tissée serrée, talentueuse et joyeuse à souhait, qui brûle les planches à chaque prestation!

L’écoute de Suite 8 donne l’occasion de découvrir la chanson Paradis sur terre, un hommage aux Acadiens de Lanaudière qui ont perpétué la chanson traditionnelle. À la fois touchante et pleine d’entrain, cette composition originale fut adoptée comme chanson thème officielle du Festival acadien de la Nouvelle-Acadie.

Texte rédigé ou colligé par Jean-Benoît Landry, Philippe Jetté et le Musée acadien du Québec
Marie-Maxime Piché Richer, Jean-Benoit Landry, Francis Marion (à l'avant), Jean-Michel Roch, Philippe Jetté, Louis-Vincent Gratton (à l'arrière)
Pochette de l'album Suite 8 (3e album)

Lien acadien de la ville de Saint-Jacques
Suite à la déportation des Acadiens par les Anglais en 1755, les exilés se retrouvent aux États-Unis dans le Connecticut et le Massachusetts (aux environs de Boston). Ils remontent au Portage (L’Assomption) et sont accueillis par les Sulpiciens qui leur cèdent les terres de Saint-Jacques-de-la-Nouvelle-Acadie comprenant la Nouvelle-Acadie actuelle, Rawdon, une partie de Sainte-Julienne, de L’Épiphanie et de Crabtree. Les premières terres concédées sont celles du Ruisseau-Saint-Georges à Saint-Jacques en 1766 suivies de celles du Bas-du-Ruisseau-Vacher (Sainte-Marie-Salomé) l’année suivante.
Source:
Philippe Jetté, « Les surnoms en Nouvelle-Acadie », Rabaska : revue d'ethnologie de l'Amérique française, vol. 9, 2011, p.70.

Texte rédigé ou colligé par Philippe Jetté

Retour