Nous joindre

Passionnés! Voilà le mot qui décrit le mieux notre équipe. Travaillant à faire de votre visite un passage inoubliable, ils placent le visiteur au cœur de leurs préoccupations.

En savoir plus...

Répertoire des régions acadiennes du Québec

Placide Vigneau

Personnalités

Île aux perroquets - Duplessis

Placide Vigneau naît aux Îles de la Madeleine. Il est pêcheur, capitaine de goélette, gardien de phare et un auteur important pour l’histoire acadienne au Québec. 

En 1858, Vigneau s’installe à Pointe-auxEsquimaux où il commence à tenir un journal qu’il rédige jour après jour pendant près de 70 ans. Il y consigne des détails tant de la vie quotidienne que du déroulement de ses expéditions de pêche. Toute sa vie, il collecte quantité d’informations (chansons, statistiques, notes relatives à ses ancêtres, etc.) et amasse une collection de livres et d’objets. Ses qualités intellectuelles l’amènent à occuper plusieurs fonctions au village : maître chantre à l’église, secrétaire-trésorier de l’école et juge de paix.


De 1892 à 1912, Vigneau est gardien du phare de l’île aux Perroquets. La vie d’insulaire lui procure plus de temps libre pour la rédaction de son journal, qui est édité en tant qu’ouvrage autonome en 1969 sous le titre Un pied d’ancre : journal de Placide Vigneau. Il écrit sur des sujets divers : généalogie, folklore, pharmacopée naturelle et linguistique, et il produit nombre de récits : faits surnaturels, naufrages, visites de scientifiques. Au moyen de la télégraphie, il transmet de multiples dépêches au Family Herald and Weekly Star de Montréal. Il collabore à la production d’ouvrages sur l’histoire de la Côte-Nord et des Îles de la Madeleine. La valeur du travail de Vigneau est inestimable.
Il décède à Pointe-aux-Esquimaux.
Texte rédigé ou colligé par Musée acadien du Québec
Placide Vigneault ascendance
Placide et sa femme Suzanne

Lien acadien de la ville de Île aux perroquets
Au cours du 19e siècle, la circulation maritime dans le golfe du Saint-Laurent s’intensifie considérablement. Quelque 2000 personnes habitent alors la région de la Minganie. Elles vivent des produits de la mer, principalement de la pêche à la morue. Une flotte impressionnante de goélettes se déploie entre Natashquan et Sheldrake. Avec les établissements permanents commence aussi le passage régulier des bateaux de ravitaillement et de transport des passagers.
Entre 1857 et 1885, cinq naufrages importants dans le secteur des îles de Mingan vont accentuer les pressions en faveur de la construction d’un phare à l’île aux Perroquets. Les compagnies de transport, océanique aussi bien que fluvial, joignent leurs voix aux revendications des pêcheurs côtiers pour que le gouvernement mette en place des soutiens à la navigation.

Retour